Haut cadre des Douanes togolaises, M. Emmanuel Sévon-Tépé Kodjo ADÉDZÉ a succédé au Canadien d’origine rwandaise Henry Gaperi au poste de Commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR) en 2017. Poste qu’il occupait jusqu’à sa nomination au gouvernement du Premier Ministre Klassou Komi Selom en janvier 2019 au portefeuille du ministère du Commerce, de l’industrie, de développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale. Il sera maintenu à la tête de ce département ministériel dans le gouvernement du Premier Ministre Victoire Sidemeho Tomegah-Dogbé en octobre 2020. Muté en septembre 2023 vers le ministère de l’urbanisme et de la réforme foncière avec rang de ministre d’État, le vice-président du parti de la mouvance présidentielle Union pour la République (UNIR) chargé de la région maritime, a été candidat de sa formation politique pour le compte du double scrutin législatif et régional du 29 avril dernier au Togo. Un scrutin à l’issue duquel son parti a obtenu 108 députés sur 113 d’après les résultats électoraux proclamés par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) entérinés par la Cour Constitutionnelle du Togo. Candidat dans sa préfecture natale, le Zio, M. ADÉDZÉ Kodjo tout comme les autres candidats de la préfecture et même de la région ont gagné la confiance des électeurs en remportant tous les sièges en jeu dans la maritime (17/17).

Un homme de Dieu à la tête de l’Assemblée Nationale

M. ADÉDZÉ Kodjo Emmanuel est aussi un homme de foi, un évangéliste qui a toujours su faire montre de son identité chrétienne. Bien qu’il soit à la charge des affaires politiques, le Révérend Évangéliste ADÉDZÉ Kodjo Sévon-Tépé sait trouver du temps pour exercer aussi son ministère d’évangélisation. En novembre 2023, il avait organisé trois jours de croisade d’évangélisation couplée d’oeuvres humanitaires dans la préfecture de Vo. Membre et un des responsables des Ministères Évangéliques pour le Salut des Âmes (MESA), M. Kodjo ADÉDZÉ est également le responsable du Groupe Musical et d’Évangélisation “SALUT et JOIE” qui a initié la Journée Nationale de Reconnaissance à Dieu (JNRD), journée au cours de laquelle les citoyens togolais se mobilisent comme un seul homme derrière les leaders du Corps de Christ au Togo pour exprimer à Dieu leur reconnaissance pour la protection de leurs vies et celle de la nation.

Des défis à relever

Le nouveau président de l’Assemblée Nationale et sa majorité écrasante doivent probablement relever le défi de redorer le blason au parlement togolais. L’équipe de la législature sortante, la sixième, ayant été violemment critiquée pour avoir ôté le droit de l’élection présidentielle aux citoyens togolais à travers une proposition de loi qui fait quitter le Togo du régime semi-présidentiel au régime parlementaire. Ce qui fait basculer le Togo dans la “Vè république”. Un changement de régime contre lequel se dressent les ténors de l’opposition, des organisations de la société civile et des universitaires. Dans un autre contexte marqué par la flambée des prix des produits alimentaires, la tâche incombe à son équipe de travailler pour le bien-être des populations en initiant des propositions de loi et en adoptant des projets de loi qui puissent assouplir les conditions de vie dans les ménages. Ils devront également jouer leur rôle de contrôle de l’action du gouvernement quoiqu’ils soient certains issus du gouvernement.

Dominer la tentation et améliorer davantage ses relations avec les médias

L’une des lourdes missions pour le natif de Zio serait d’entretenir davantage ses relations avec la presse privée (“critique”). Même s’il a su faire preuve de hauteur d’esprit en accordant le pardon à quatre de ses concitoyens journalistes dans deux affaires différentes, la première datant de décembre 2021 l’opposant lui et son collègue de la justice d’alors, Pius Agbetomey au duo Ferdinand Ayité et Joël Egah respectivement directeur de publication du bihebdomadaire “L’Alternative” et directeur de publication de l’hebdomadaire “La Fraternité” et la seconde affaire remontant au mois de novembre 2023, l’ayant opposé directeur de publication du journal “Le Flambeau des Démocrates”, Loïc Lawson et le journaliste indépendant, analyste politique, Innocent Anani Sosou, il serait souhaitable que l’ancien ministre de la République, ministre de l’évangile et actuel président de l’Assemblée Nationale, soit cette fois-ci lent à la colère. Ces nouvelles nouvelles fonctions synonymes de l’élévation le met davantage devant les projecteurs. Et tout comme ses prédécesseurs à ce poste, Madame Yawa Dzigbodi TSEGAN (son prédécesseur direct), M. Dama DRAMANI et M. Abass BONFOH (de regrettée mémoire) et bien d’autres, l’honorable Kodjo ADÉDZÉ ne pourrait pas échapper aux critiques car il exerce les affaires publiques. Les médias pourraient l’égratigner dans leurs analyses au même titre que les acteurs de la société civile. Mais à chaque fois, il devra toujours se rappeler des valeurs: ” la cohésion sociale, la paix, le vivre-ensemble, la réconciliation, le pardon et la sécurité”, chères au Chef de son parti, le président de la République Faure Gnassingbé. Des idéaux autour desquels lui-même (Kodjo ADÉDZÉ) a battu campagne dans la préfecture de Zio.

C’est le vendredi 14 juin dernier que l’Evangéliste Sévon-Tépé Kodjo ADÉDZÉ a été élu par ses collègues honorables députés à la tête du parlement au cours d’une plénière présidée par le doyen d’âge, le président de la formation politique “Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI)”, Professeur Aimé Gogué.
Il devient ainsi le premier président de cette institution dans la nouvelle république (Ve République).
Il va diriger un bureau de 13 membres pour un mandat de 3 ans (renouvelable). Avec les termes de la nouvelle Constitution de la Ve République, les députés sont désormais élus pour un mandat de six (6) ans contre cinq (5) ans préalablement.

Israël de Dieu